Pour maigrir, rien de telle qu’une grande dépression

Pour maigrir, rien de telle qu’une grande dépression - Anna Muller

Depuis quelques années, j’essaie de maigrir, mais en vain. Même quand je tombe malade, je n’amincis pas. À croire que je suis née pour être un peu ronde. J’ai déjà tenté tous les régimes que les gens ont conseillés, même ceux que me disaient des gens que je ne connais même pas, et que je croisais dans la rue. J’étais désespérée à l’idée de rester toujours une « rondelette », comme un de nos voisins ne cessait pas de répéter, alors j’étais prête à tout tenter. Les régimes minceurs, les crèmes minceurs, les massages et tout ce que j’ai pu voir dans les publicité web, je les ai tous essayés sans résultat. Et même certaines fois, j’ai plutôt eu la vague impression d’avoir l’effet inverse et de grossir encore. Tout ce que je peux dire, c’est que rien n’a marché sur moi. Et je ne dis pas que c’est de l’arnaque, non, j’en ai connu des femmes qui ont bien maigri à partir des mêmes traitements, et des mêmes régimes que j’ai suivis, mais mon corps refusait sans doute de se plier à ces choses-là. Certaines m’ont proposé de recourir à la chirurgie, mais je ne suis pas sûr que les interventions chirurgicales soient réellement sans danger, comme ils le disent. Tout de même, on t’enlève une partie de toi, ce n’est pas rien, ça ne peut pas être sans risque. Enfin, ce n’est que ce que je pense et je peux toujours me tromper. Tout le monde peut penser ce qu’il veut de toute façon. Oui, certaines femmes ont bien témoigné de leur satisfaction et de la réussite de leurs interventions, mais ce qui leur convient ne peut pas forcément me convenir. Je préfère encore être ronde et en bonne santé, plutôt qu’être jolie, avoir un corps de rêve et croupir à l’hôpital. Heureusement, mes prières se sont finalement exaucées. Vers la fin de l’année dernière, nous avons eu quelques préoccupations d’ordre financier. L’entreprise de mon mari est entrée en surproduction, alors ils ont remercié une grande partie du personnel pendant 3 mois, avec promesse de rengagement à la réouverture officielle de la compagnie. À leur sortie, personne ne savait s’ils allaient pouvoir rouvrir les portes ou pas. Aussi, ça tombait mal pour les fêtes, les vacances, les cadeaux de Noël et tout. Nous avons un peu serré sur la ceinture, mais aussi, je m’inquiétais de ce que nous allions tous devenir si jamais il ne retrouvait pas rapidement un emploi stable. J’ai perdu une quinzaine de kilos rien que d’y avoir pensé.