La pollution domestique nous touche-t-elle ?

La pollution domestique nous touche-t-elle ? - Anna Muller

L’écologie peut rallonger votre vie et épargner votre argent. C’est bon pour la planification financière. Nous allons voir le comportement d’une multinationale responsable écologiquement par rapport à d’autres qui ont moins de respect pour leurs clients. Ensuite, nous chercherons des solutions pour vivre écologiquement et économiser de l’argent sur l’achat de produits ménagers, ce qui pourrait améliorer notre planification financière.

En alimentation, l’entreprise américaine Mars, vient de faire un rappel à très grande échelle après que deux clients aient trouvé un morceau de plastique dans une barre chocolatée. 55 pays sont concernés par ce retour de produits.

En revanche, on vient de trouver que des produits en coton biologiques tels des sous-vêtements, des protections féminines, des tampons hygiéniques, etc. contiennent des désherbants toxiques. Les firmes concernées ne rappellent pas leurs produits !

Dans notre habitat, nous avons des sources de pollutions domestiques. Une étude récente montre que le cordon ombilical d’un bébé contient 200 substances toxiques en moyenne !

  • Ainsi, nous avons celles issues du gaspillage d’aliments ou de consommation d’eau, d’électricité, etc.
  • Notre mobilier en bois, s’il est en aggloméré comme les armoires peut contenir des retardateurs de flammes dont certains sont cancérigènes et du formaldéhyde qui est toxique.
  • Les planchers contiennent du formol ou du vernis.
  • Les moquettes dégagent des vapeurs avec les colles puissantes et sont des nids à acariens, dont les asthmatiques doivent se prémunir.
  • Les canapés sont bien connus pour absorber la fumée et les goudrons. Gare aux canapés de fumeurs, c’est mauvais pour le système respiratoire.
  • Les jouets en plastique contiennent des substances pour assouplir le plastique et c’est nuisible pour la santé.
  • Les produits ménagers sont souvent très polluants même s’ils reçoivent des autorisations gouvernementales pour être commercialisés.

Comment diminuer cette pollution domestique ?

  • Pour le nettoyage, on peut utiliser l’eau et le vinaigre qui reviennent à la mode chez les écologistes ainsi que le bicarbonate de soude pour plus de mille usages domestiques. On s’entend que ces produits sont moins polluants que n’importe quel produit détergent.
  • Les noix de lavage naturelles provenant du Sapindus Makorossi, produit des fruits dont la coquille contient de la saponine. Ces noix sont écologiques, elles ne nécessitent pas de traitement industriel et ne sont pas agressive pour le linge, donc pas besoin d’assouplissant.
  • L’appareil à vapeur utilise peut d’eau et stérilise les planchers, les moquettes, les surfaces plastiques et les comptoirs, les sanitaires et les vitres.
  • On peut réaliser ses propres produits de beauté qui ne contiendront ni parabène, ni substances de conservation. Les sites internet regorgent de préparation de crèmes, de lotion à base d’eau de rose, de crème de confort pour les pieds, d’exfoliants….
  • Les huiles essentielles peuvent aussi constituer un bon assainisseur d’air ambiant et vous pouvez alterner entre la menthe poivrée, la lavande, les herbes de Provence… selon votre goût. Pour dormir, quelques gouttes de camomille romaine ou de lavande sur vos poignées et vous dormirez mieux qu’avec un somnifère.

Êtes-vous convaincu de devenir écolo pour épargner davantage ?