Aider les autres, n’est pas toujours facile

Aider les autres, n’est pas toujours facile - Anna Muller

Mon meilleur médecin aujourd’hui, c’est YouTube. Non pas qu’il sache me soigner, mais tout simplement, qu’après avoir passé des heures à regarder des vidéos sur un thème précis, on peut toujours se faire une meilleure idée sur ce que l’on recherchait. C’est ce que je faisais un jour, pour trouver une solution pour un de mes neveux, qui souffrait atrocement d’un problème d’acné. Dès que j’inscrivais cette phrase pour lancer la recherche, je me retrouvais face à des dizaines de vidéos, dont 99 %, étaient proposées par des jeunes filles. Je ne voyais pas d’où venait cette idée, que c’était particulièrement un problème féminin, étant donné que dans la plupart des cas, les garçons sont beaucoup plus touchés par ce problème.

Tout le monde y va de sa recette miracle, concernant un traitement acne. Cela allait du simple jus de citron, au laser. Entre les deux, parfois, des recettes de grand-mères, et d’autres fois, des publicitaires proposant des produits pharmaceutiques, ou chimiques. Lorsque l’on reste plusieurs heures à écouter des trucs, qui peuvent parfois, être de bonnes solutions, cela peut fatiguer un peu. La seule solution qui me paraissait probable après plusieurs visionnages, était certainement celle du laser. Mais en attendant, il fallait absolument trouver une recette un peu moins dispendieuse, et surtout, assez efficace. J’en notais donc, quelques-unes sur un papier, pour faire quelques préparations, afin qu’il puisse les essayer.

La première recette était faite de citron et d’huile. Il me la rendait pour en faire une vinaigrette. La deuxième contenait de l’avocat, et quelques autres éléments que je trouvais dans ma cuisine. Il s’en servait pour tartiner ses sandwiches qu’il emmenait à l’école. La troisième fois, j’utilisais des produits chimiques. Il mettait le produit dans le pichet d’eau, et arrosa les plantes. Elles étaient devenues magnifiques. J’abandonnais cette fois-là. Quelques jours avant Noël, j’allais dans un centre d’esthétique, pour moi-même. Celui-ci était doté du fameux appareil laser contre l’acné. Après une demi-heure de discussions, je finissais par faire baisser le prix du traitement de moitié. Je tendais à mon neveu, le jour de Noël, les dates de rendez-vous fixés à l’avance. À ce moment-là, je me disais que s’il avait envie de jouer avec le laser, il le fera avec quelqu’un d’autre. Trois mois plus tard, il venait me faire un énorme bisou. Son visage était devenu tellement beau, qu’il avait repris goût à la vie. Cela fait toujours du bien de se sentir utile.